28 octobre

Résultats semestriels 2016


Une rentabilité affectée par des investissements commerciaux et technologiques malgré une croissance forte dans les métiers de base

Saint-Cloud, le 28 octobre 2016

Le Groupe Traqueur, leader de l’après-vol et expert en solutions de géolocalisation, annonce ses résultats pour le premier semestre 2016.

Activité du premier semestre : solide progression de l’activité historique

Portée par sa stratégie de renforcement sur les réseaux automobiles généralistes, une consolidation sur le haut de gamme, et la montée en puissance des ventes du « Traqueur Nano », l’activité après-vol (86% du chiffre d’affaires) progresse de 10% au premier semestre. Hors produits connexes (distribution de la gamme Coyote), sa croissance ressort à près de 13% par rapport au premier semestre 2015.

 

La nouvelle gamme Traqueur Nano issue des technologies de l’internet des objets confirme son succès avec une pénétration de 50 % des ventes automobiles. Cette technologie plus performante démontre d’ores et déjà une progression significative des taux de récupération des véhicules volés tout en réduisant les coûts de fabrication.

Au 30 juin, près de 20 000 nouveaux véhicules ont été équipés de solutions Traqueur.

L’activité Géolocalisation réalise de son côté un chiffre d’affaires de 1,2 M€, en repli de 25%. Au sein de cette activité, les revenus récurrents liés aux abonnements progressent significativement (+14 %). Une refonte de l’offre de service est en cours afin de favoriser la relance commerciale.

Dans ce contexte, le groupe Traqueur confirme son ancrage toujours plus important dans le monde de la voiture et des objets connectés, illustré notamment au printemps dernier avec le lancement de son offre de services en partenariat avec Here pour l’offre Connect Pack de PSA Peugeot Citroën (cf. communiqués de presse des 4 et 7 mars 2016).

Sur ce premier semestre, le chiffre d’affaires du groupe s’établit à 8,8 M€, en progression de 3,5%.

 

 

Une rentabilité impactée par les efforts marketing et d’innovation

Le niveau d’activité en-deçà des attentes pèse mécaniquement sur les résultats. L’EBITDA ressort ainsi à 0,13 M€, intégrant la poursuite d’investissements commerciaux et R&D importants. Ces efforts s’illustrent dans l’évolution des charges de personnel, qui représentent sur le semestre plus de 39% du chiffre d’affaires, contre 35% à la même période de l’année dernière.

Par ailleurs, les résultats de la période intègrent une hausse de 50% des dotations aux amortissements et des provisions, reflétant également les investissements engagés sur les nouvelles technologies en phase de déploiement.

Au total, le résultat opérationnel s’établit à -0,56 M€, en recul par rapport au premier semestre de l’exercice 2015.

Le crédit impôt recherche ressort à 0,14 M€ contre 0,18 M€ au premier semestre 2015.

Après prise en compte de la charge d’impôt et du résultat financier, le résultat net part du groupe s’établit à -0,58 M€.

 

Situation financière au 30 juin 2016

Le groupe présente des fonds propres à hauteur de 5,01 M€ et une trésorerie de 0,7 M€ pour un endettement financier de 2,2 M€ à fin juin.

 

Perspectives

Au-delà de la bonne tenue de l’activité historique, le succès rencontré par le Traqueur Nano confirme le potentiel de développement de cette innovation majeure sur les marchés traditionnels de Traqueur (monitoring de véhicules et d’engins professionnels et après-vol) comme sur de nouveaux marchés du « Track and Trace » (logistique, objets sensibles).

Les offres BtoB et BtoC déployées en partenariat avec PSA Peugeot Citroën offrent également au groupe des perspectives de croissance favorables tant en France qu’à l’international.

Il est à noter que, postérieurement à la clôture du semestre, Traqueur a été sélectionné par le Ministère de l’Economie et des Finances pour conduire et coordonner le consortium réuni dans le programme Clothò. Celui –ci est subventionné à hauteur de un million d’euros, dont 42% sont alloués à Traqueur.

Au regard de ces éléments positifs et de ces résultats, Traqueur réaffirme sa confiance dans un potentiel de croissance qui devra nécessairement s’accompagner d’un retour rapide à la profitabilité.